Loading
Chihuahua, état et capitale
 Page mise à jour le 22.12.2012
Imprimer        Partager sur : facebook   twitter   google 
 

Cette région est dénommée la porte centrale

Ainsi nomme-t-on la région délimitée par deux voies d'accès partant de la frontière nord et pénétrant profondémment, par des trajets convergents, au coeur du Mexique. Il s'agit, à l'ouest, de l'autoroute 45 puis 49, qui prend le départ à Ciudad Juárez et aboutit à Aguascalientes, à 1 350 km au sud en passant par Zacatecas; et de l'autoroute 85 puis 57, couvrant 890 km entre Piedras Negras, au nord-est, et San Luis Potosi, au sud. Certaines portions sont encore de la route et non de l'autoroute. Entre les deux terminus, il n'y a que 170 km, aisément franchis par la Route 70.

L'état de Chihuahua occupe une bonne partie de la région ainsi déterminée. C'est sur son territoire que l'on se trouve sitôt après avoir franchi la frontière du Texas, en passant d'El Paso à Ciudad Juárez. Il offre un paysage contrasté, avec ses étendues de brousse très semblables à celle de l'ouest texan, et les fières montagnes des Sierras vouées au pin ponderosa.

Entre Ciudad Juárez et Chihuahua, se trouve un site archéologique intéressant, à 7 km au sud-ouest de Nuevo Casas Grandes, sur une route secondaire qui part de l'autoroute 45. Les ruines de Casas Grandes rappellent les habitants des pueblos d'Arizona et du Nouveau Mexique et furent problablement inhabitées jusqu'au XVIè siècle.
La culture Paquimé connut son apogée entre 900 et 1300 après J.-C. Le site archéologique de Paquimé s'étend sur 36 ha, dont un cinquième environ a été dégagé à l'heure actuelle. Selon des estimations, le secteur comporterait les vestiges d'au moins 2 000 pièces. Celles-ci se répartissent en salles à manger, ateliers et magasins dotés de patios. Le matériau le plus largement employé est l'argile crue, mais on trouve également de la pierre, utilisée notamment pour tapisser des fosses, selon une technique très probablement importée du centre du Mexique. La maison des Fours est caractéristique de ce type de construction. Ce bâtiment, qui fait partie d'un grand ensemble composé de neuf pièces et de deux petites places, comporte une pièce et quatre fosses tapissées de pierres. Non loin se trouve un tertre de roches cuites. On pense que les fosses auraient servi à la cuisson d'agaves sur des pierres brûlantes, par la suite entassées au rebut à proximité.
vue du site archéologique de Paquimé (état de Chihuahua au Mexique)La maison du Serpent comportait initialement deux places, trois couloirs et vingt-quatre pièces sur un seul niveau, ainsi que quatre pièces disposées sur deux étages ; elle fût par la suite aggrandie. Elle était adaptée, semble-t-il dès l'origine, à l'élevage d'aras et de dindes. Une organisation analogue se retrouve dans la maison des Aras, ainsi nommée en raison des quelques 122 squelettes de perroquets retrouvés dans son sous-sol.
Non loin de la maison des Fours s'élève ce que l'on appelle le tertre de la Croix. Il s'agit en fait de cinq tertres peu élevés, habillés de pierre et remplis de terre. Le tertre central a la forme d'une croix irrégulière. Ses bras correspondent plus ou moins aux quatre points cardinaux, raison pour laquelle on pense qu'il jouait un rôle lors des célébrations des équinoxes et des solstices.



   Photo ci-dessus et à droite : vue du site archéologique de Paquimé
(état de Chihuahua au Mexique)
vue du site archéologique de Paquimé (état de Chihuahua au Mexique)
Le rôle du tertre dit des Offrandes reste plus obscur. Cette structure à plusieurs niveaux est constituée de gravats tassés, d'une enceinte en argile crue et d'une rampe menant à une citerne. La partie centrale abrite sept pièces qui renferment des pierres d'autel, des statues et des sépultures.
Le tertre de l'Oiseau est ainsi appelé en raison de sa silhouette évoquant un oiseau sans tête. Les sondages n'ont révélé aucune structure à l'intérieur.
L'agglomération de Paquimé bénéficiait d'un système sophistiqué de contrôle, de distribution et de conservation des réserves d'eau. Plusieurs réservoirs étaient reliés par des canaux qui amenaient l'eau à chaque groupe de pièces. À l'entrée de chaque réservoir, l'eau était décantée dans des bassins de sédimentation. La maison des Puits doit son nom à la grande citerne située dans l'une de ses cours et alimentée par le réseau de canaux communs.
Deux terrains de jeux de balle de forme allongée, tels qu'on en trouve beaucoup en Méso-Amérique, ont été mis au jour. L'un d'eux est pratiquement intact. Sur trois côtés, il présente des structures elles aussi caractéristiques des civilisations du centre du Mexique à la fin de la période classique et au début de la période postclassique.
Sur place, visiter le Musée des Cultures du Nord (entrée $49 avec le site archéologique) qui retrace la vie des anciennes populations de cette région, avec de belles céramiques, aux dessins géométriques noir et rouge sur fond crème, caractéristiques de Paquimé. Cette zone archéologique fait partie du patrimoine mondial de l'humanité depuis 1998.

Plan du site :

Extrait du site de l'Unesco :
"Paquimé, Casas Grandes, qui atteignit son apogée aux XIVe et XVe siècles, joua un rôle essentiel dans les relations commerciales et culturelles qu'entretenaient la culture « pueblo » du sud-ouest des États-Unis et du nord du Mexique et les civilisations plus avancées d'Amérique centrale. Les nombreux vestiges, qui n'ont été que partiellement dégagés, témoignent de la vigueur d'une culture parfaitement adaptée à son environnement physique et économique et qui devait pourtant disparaître brutalement au moment de la conquête espagnole. Cliquez ICI pour accès sur le site de l'Unesco.

vue de Chihuahua et de sa région au décollage L'état de Chihuahua, frontalier avec celui de Sonora à l'ouest, et les états du Nouveau Mexique et du Texas au nord, offre 375 km de plaine désertique couverte de cactus et de mesquite, jusqu'à ce que l'autoroute atteigne le bord des montagnes aux alentours de Chihuahua et des Gorges du Cuivre (Barranca del Cobre).

     Photo de droite : vue de Chihuahua et de sa région au décollage

Le Chihuahua serait une terre aride et calcinée, s'il ne possédait une portion occidentale et montagneuse qui suffit à en faire le plus gros fournisseur de bois du Mexique. Là, des mines, des ranchs, des sources minérales chaudes, et des lacs où abonde la perche noire.
Le Chihuahua-Pacific-Railway cherche son chemin à travers les Sierras pour rallier la Mer de Cortès, sur la côte pacifique. On est en plein pays indien. Les Tarahumaras vivent encore dans des cavernes (pour quelques-uns d'entre eux), vêtus de chemises de laine aux couleurs vives. S'ils appartiennent au Mexique, ils n'appartiennent pas encore à notre époque. Au Chihuahua fait suite, au sud, l'état de Durango, presque entièrement montagneux, riche de paysages en technicolor. Onze rivières, prenant leur source dans les hauteurs, dévalent vers la mer, c'est-à-dire vers le Pacifique, à l'exception de deux d'entre elles qui, dans la direction opposée, vont se jeter dans le Golfe du Mexique.

Tarahumara Couple. Tarahumara native Indian / Copper canyon, Chihuahua state, Mexico / Amérindian Tarahumara of Mexico Nacimiento Tarahumara Tarahumara, Creel, Mexico
>>> See more from this gallery



A l'est, le Durango a pour voisin le Zacatecas, autre région de montagnes où plusieurs sommets dépassent les 3 000 mètres. Quelque part dans les profondeurs court l'anneau de feu du Mexique - l'activité volcanique souterraine qui, eu peu partout, entretient la chaleur des sources thermales. Au sud et au sud-est du Zacatecas, des villes d'eau que les visiteurs de Guadalajara et de Mexico ont trop tendance à négliger.

De même qu'ils négligent trop souvent l'un des plus petis états du Mexique : l'Aguascalientes, au nord-ouest de Guanajuato, sur la grande-route d'El Paso, pourtant réputé pour ses vergers, ses vignobles, ses ranchs spécialisés dans l'élevage des taureaux de combat. Capitale de l'état, et sa seule ville, Aguascalientes fût, pendant des sièces, un avant-poste de la civilisation espagnole en territoire indien; c'est aujourd'hui une agglomération somnolente, qui se réveille deux fois l'an pour les deux fiestas les plus endiablées du Mexique.

San Luis Potosi, au nord-est, offre avec la ville précédente le contraste le plus frappant. La cité est la capitale de l'état du même nom, un des plus vastes du Mexique. C'est un centre industriel actif; jadis, c'est de là que les Espagnols contrôlaient les vastes territoires qui s'étendaient, à travers le Texas, jusqu'à la Louisiane française. On se reposera avec plaisir dans cette oasis où les bons hôtels ne manquent pas. Si les environs de la capitale appartiennent au désert, la végétation luxuriante reprend ses droits dans d'autres secteurs de l'état, notamment autour des chutes d'El Salto, aire de détente très fréquentée.


Un peu d'histoire

Au pays de Pancho Villa

Durant les jours troublés de la révolution mexicaine, au début du siècle, les provinces du nord furent le domaine de Pancho Villa. Aujourd'hui son nom reste attaché à l'état de Chihuahua, où son souvenir est encore présent en divers lieux. Pancho Villa est un de ces héros dont la double personnalité inspire à ses compatriotes autant de fierté que de réserve. S'étant affirmé comme l'un des grands généraux révolutionnaires, il fit de son armée - la Division du Nord - un instrument de première force, dont il prit la tête pour balayer toute opposition depuis la frontière américaine jusqu'à Mexico, contribuant ainsi, au premier chef, à extirper la dictature du Mexique. Une partie du financement de cette armée du nord avait été assuré (bien à regret) par une banque américaine de la frontière; les pistolets de Pancho y ayant vaincu toutes les réticences. D'où la réputation de bandit qui s'y attacha dès le début aux pas du personnage historique.

Cet argent, sans doute, était nécessaire, et il aida Pancho Villa dans ses opérations militaires; mais le Mexique en rougit encore. Si le général Villa s'est taillé une place dans l'histoire de son pays, il n'a pas une rue à son nom dans la capitale. Les autorités, tout de même, ont trouvé un compromis pour rendre au héros national un hommage détourné : elles ont baptisé Division del Norte l'une des grandes avenues qui traverse le sud de Mexico, et fait ériger, au croisement de cette artère avec l'avenida Universidad, une statue équestre de Pancho Villa.

près de la cathédrale de Chihuahua, famille tarahumaraLa ville de Chihuahua reçut sa première pierre en 1709, un siècle avant que la guerre d'Indépendance ne mît un terme à la domination espagnole. C'est le centre actif et vivant d'un vaste district minier, fermier et forestier, dont l'ouest est barré par la masse imposante de la Sierra Madre, refuge des Indiens tarahumaras. Avec la cathédrale de Chihuahua, on a un bon exemple d'architecture coloniale. Elle fut commencée en 1724, mais les raids incessants des Indiens retardèrent son achèvement jusqu'en 1826. C'est à Chihuahua que le père Miguel Hidalgo, l'initiateur de la guerre d'Indépendance, tomba aux mains des forces espagnoles et fut exécuté en 1811. Le bâtiment qui lui servit de prison abrite aujourd'hui les bureaux du gouvernement fédéral (Palacio Federal), celui dans lequel il mourut étant devenu le Capitole de l'état (Palacio de Gobernio). L'église San Francisco est l'oeuvre de moines franciscains; la construction démarra en 1721 et fut menée tambour battant pendant vingt ans. Des passages souterrains reliaient l'église et la cathédrale.

Photo de gauche : près de la cathédrale de Chihuahua, famille tarahumara


Un peu de géographie

La superficie de l'état est de 247 087 km2, soit un peu plus de la moitié de la France. La température la plus basse et la plus haute est respectivement de -4°C et de +39°C à une altitude de 1440 m pour la capitale Chihuahua. La distance en km de Chihuahua avec les principales villes du nord est de :

Mexico 1 445 Saltillo 733
Monterrey 818 Leon 1 097
Guadalajara 1 160 Guanajuato 1 143
Tijuana 1 570 Jalapa 1 854
Torréon 455    

C'est une région semie-aride avec de nombreux cours d'eau comme la rivière Chuviscar, Sacramento et le réservoir Chuviscar.

Chihuahua Family Chihuahua My thoughts in little Chihuahua's Chihuahuas chihuahua
>>> See more from this gallery

 

Capitale : Chihuahua

palais du gouvernementLa population de la capitale de l'état est de 891 000 habitants (chiffres 2010).

Comptez une demie-journée à Chihuahua.

L'idéal est d'arriver la veille au soir soit par le train soit par le bus de Creel et de prendre un avion le lendemain en fin de journée. Vous conseillons également de réserver un vol "low cost" en direction de Toluca au lieu de la capitale Mexico pour avoir un tarif aérien nettement inférieur.

cathédrale Commencez par la place des armes avec la cathédrale dont la construction a démarré en juin 1725 pour finir plus de cent ans après. Elle n'a pas beaucoup d'intérêt à l'intérieur si ce n'est son orgue allemand, ses autels et son sol en marbre le long des chandeliers. Le musée d'art sacré situé sur sa gauche peut être visité mais il faut aimer ce type de décor religieux. Le musée est ouvert de 10h à 14h et de 16h à 18h en semaine (entrée : $10).

  

  Photo ci-dessus : palais du gouvernement de Chihuahua et à droite : cathédrale de    Chihuahua

En face de la cathédrale se trouve le palais municipal qui abrite l'hôtel de ville. A part la façade à regarder, ce bâtiment n'a pas beaucoup d'intérêt. En continuant sur sa gauche, vous longez de multiples boutiques dans cette rue piétonne. A sa droite, vous longez une rue qui vous ménera à d'autres bâtiments gouvernementaux.

Casa Chihuahua : ce centre culturel construit en 1910 sous la présidence de Porfirio Diaz fêtera ses 100 ans en 2010 comme le centième anniversaire de l'Indépendance. Elle (la casa Chihuahua) est à la place d'un séminaire jésuite et de l'ancienne église Señora de Loreto. Elle abritait la poste jusqu'en 2007 puis finalement fut entièrement consacrée à l'héritage de la culture de Chihuahua.

Elle est ouverte tous les jours sauf le mardi, entre 10h et 17h. Son nom exact est devenu "Casa de Cultura Sebastián" en 2006.

De l'autre côté de la rue se trouve le palais du gouvernement ("Palacio de Gobernio") avec une entrée secondaire. L'entrée principale donne dans l'avenue V.Carranza y Aldama. Ce palais fut inauguré en 1892, comme son voisin, sur les fondations d'une mission jésuite. Il fût restauré pour être réouvert en 1947 après avoir été fermé suite à un incendie en 1941.

peintures d'Aron Piña au palais du gouvernement de ChihuahuaDe nombreuses peintures d'Aron Piña (XXè siècle) parcourent l'intérieur de ce bâtiment notamment au rez de chaussée, montée d'escalier et le premier étage., expliquant l'histoire de la nation de la conquête espagnole jusqu'à la révolution mexicaine. Un autel dédié à la patrie "Altar a la Patria" a été érigé à l'endroit même où fut exécuté Don Miguel Hidalgo y Costilla, père de la nation, le 30 juillet 1811 à 7h du matin. L'entrée du musée de Hidalgo se trouve à côté.
Ce bâtiment est ouvert tous les jours de 8h à 20h. Il abrite l'office de tourisme de l'état à sa gauche en rentrant par l'entrée principale. On y trouve également la galerie des armes ouverte du mardi au dimanche de 10h à 18h, avec une importante collection d'armes.

Dans ce groupe de bâtiments, vous trouvez également la Casa de Juárez appelé "Museo de la Lealtad Republicana" , ancienne résidence du Président Benito Juárez, et faisant office de bureau présidentiel, plusieurs fois entre 1864 et 1866.
Elle fût convertie en école élémentaire en 1894 jusqu'en 1967, date à laquelle elle fût transformée en musée dédié à Don Benito Juárez. On y trouve une réplique du véhicule utilisé durant son séjour à Chihuahua. Ouvert du mardi au dimanche de 9h à 19h, $20.

     Photos ci-dessus et à droite : peintures d'Aron Piña au palais du gouvernement de Chihuahua

peintures d'Aron Piña au palais du gouvernement En continuant l'avenue V.Carranza y Aldama, à quelques centaines de mètres (Libertad y Calle 15), l'église San Francisco de Asis domine la place. A domination baroque, elle est la plus ancienne de la ville. Elle a été finie en 1723 grâce à de nombreuses donations. La dépouille de Don Miguel Hidalgo y Costilla s'y trouve.

En revenant sur vos pas à la hauteur du Palais du gouvernement, empruntez le Paseo Bolivar, dépassez l'avenue Independencia et au # 401 (Paseo Bolivar y Calle 4), le centre culturel universitaire appelé Quinta Gameros se trouve en face de vous. Le nom fût donné en l'honneur du premier propriétaire. Il est inspiré de l'architecture française du XVIIè siècle. Il fût construit par un architecte colombien et décoré par des artistes d'origine italienne et espagnole.


Il a servi de résidence, de bâtiment gouvernemental, de bureaux pour le recteur et l'Université de Chihuahua, de conservatoire de musique et de musée régional. Il est actuellement le centre culturel universitaire de la ville où on y trouve des expositions temporaires avec une collection complète de meubles Art Nouveau. Il est ouvert du mardi au dimanche de 11h à 14h et de 16h à 19h, $20. En face dans le parc appelé "Parque del Arte", on peut assister à des prises de photos pour un mariage, parc très convoité à Chihuahua.

église San Francisco de Asis à Chihuahua Continuez sur le Paseo Bolivar, puis prenez sur votre gauche la Calle 10, où se situe le Musée de la Révolution mexicaine au niveau du numéro # 1134. Ce lieu fût la résidence de Pancho Villa et de sa femme Luz Corral appelée la maison "Quinta Luz". Après le meurtre de son époux, Dona Luz resta y vivre jusqu'à son propre décès en 1981. Elle fit donation de ce bâtiment au "Museo División del Norte".
De nombreux objets personnels et toute l'histoire contreversée de Pancho Villa y sont exposés ou racontés. On peut voir la voiture dans laquelle il a été assassiné en 1923. Le musée est ouvert du mardi au samedi de 9h à 19h et le dimanche de 10h à 16h, $10. C'est le musée le plus intéressant de la ville.


Photo de gauche : église San Francisco de Asis à Chihuahua



 

trolley turístico El Tarahumara Pour les amateurs d'église, vous avez le choix de continuer la visite de la ville pour admirer les églises : "Templo de la Sagrada Familia", avenue Carranza # 1810; "Santuario de Guadalupe", Matamoros # 2253; "Santa Rita de Casia", Calle 1° de Mayo # 1601; "Templo del Sagrado Corazón de Jesús", av. 20 de Noviembre y Ocampo.

   
    Photo de droite : trolley turístico El Tarahumara

 

Possibilité d'effectuer tout le parcours touristique avec un "trolley turístico" du mardi au dimanche de 9h à 12h et de 15h à 18h pour le prix de $40 par personne.
Durée : une heure.

 

     

Plan de l'état :

Localiser Localiser Chihuahua et ses points d'intérêt sur notre carte interactive

Hotels Voir les hébergements de Chihuahua

& Mexique: Mexico, Oaxaca, Veracruz, Chichén Itzá, Acapulco, Chihuahua par: Collectifs
& Dans la peau d'un narco : Infiltré au coeur de la mafia par: Olivier-Jourdan Roulot
livre dédicacé par olivier roulot
& PARTIR [No 76] du 01/11/1981 - LE CANAL DU MIDI - LA KASHMIR - MEXIQUE - DE par: Collectif
LE CANAL DU MIDI - LA KASHMIR - MEXIQUE - DE CHIHUAHUA AU PACIFIQUE - ROMA - ALLA ROMANA
& Le tour du monde - nouveau journal des voyages - livraison n°087 et 88 - v par: CHARTON Edouard
& INSTANTANE (L') [No 14] du 08/04/1911 - LES CONFERENCES SUR LE SECOND EMPIR par: Collectif
LES CONFERENCES SUR LE SECOND EMPIRE - HELENE DE DOENNIGES PRINCESSE DE RACOWITZA - AU MEXIQUE - LES ENVIRONS DE CHIHUAHUA ET SONT LES REBELLES - STOLYPINE PRESIDENT DU CONSEIL DE MINISTERE RUSSE - A ROME - LES FETES DU CINQUANTENAIRE ITALIEN
& Les Gisements d'uranium associés au volcanisme acide tertiaire de la Sierr par: Brigitte George
& PARTIR N? 76 du 01-11-1981 LE CANAL DU MIDI - LA KASHMIR - MEXIQUE - DE CHI par: Collectif
& En route vers le désert. Recueil d'anecdotes d'un archéologue dans le Son par: Júpiter Martínez Ramírez
Dans ce voyage de la Sierra Madre occidentale à la mer auquel il nous convie, Júpiter Martínez nous promène, entre anecdotes et scènes de la vie quotidienne, dans l?incroyable et parfois dangereuse géographie du Sonora. Ce deuxième ouvrage de la série Archéologie Extrême est un récit pe
& Voyage dans l'état de chihuahua mexique . 1849-1852 . par: Ronde
& JOURNAL DES VOYAGES (LE) [No 920] du 19/07/1914 - UN DRAME SUR LE CANADIAN- par: Collectif
UN DRAME SUR LE CANADIAN-PACIFIC PAR M. CHAMPANE ECLAIREURS-ROBINSONS PAR LE COLONEL ROYET L'ESPION PAR G. DE WAILLY LA REVOLUTION AU MEXIQUE - LE GENERAL VILLA LE BOUCHER DE CHIHUAHUA
Cliquez ici pour voir l'ensemble des produits en détail: 11



 

Aucune contribution ni aucun commentaire n'a été effectué sur cette page.

Apprenez l'espagnol au Mexique