Loading
Chihuahua, état et capitale
 Page mise à jour le 12.12.2014
Imprimer        Partager sur : facebook   twitter   google 

Warning: mysql_connect() [function.mysql-connect]: Lost connection to MySQL server at 'reading initial communication packet', system error: 111 in /home/filaospr/www/america/revemexicain.com/ndefilant.php on line 7

Warning: mysql_query() [function.mysql-query]: Can't connect to local MySQL server through socket '/var/run/mysqld/mysqld.sock' (2) in /home/filaospr/www/america/revemexicain.com/ndefilant.php on line 11

Warning: mysql_query() [function.mysql-query]: A link to the server could not be established in /home/filaospr/www/america/revemexicain.com/ndefilant.php on line 11

Warning: mysql_numrows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/filaospr/www/america/revemexicain.com/ndefilant.php on line 12
 

Cette région est dénommée la porte centrale

Ainsi nomme-t-on la région délimitée par deux voies d'accès partant de la frontière nord et pénétrant profondémment, par des trajets convergents, au coeur du Mexique. Il s'agit, à l'ouest, de l'autoroute 45 puis 49, qui prend le départ à Ciudad Juárez et aboutit à Aguascalientes, à 1 350 km au sud en passant par Zacatecas; et de l'autoroute 85 puis 57, couvrant 890 km entre Piedras Negras, au nord-est, et San Luis Potosi, au sud. Certaines portions sont encore de la route et non de l'autoroute. Entre les deux terminus, il n'y a que 170 km, aisément franchis par la Route 70.

L'état de Chihuahua occupe une bonne partie de la région ainsi déterminée. C'est sur son territoire que l'on se trouve sitôt après avoir franchi la frontière du Texas, en passant d'El Paso à Ciudad Juárez. Il offre un paysage contrasté, avec ses étendues de brousse très semblables à celle de l'ouest texan, et les fières montagnes des Sierras vouées au pin ponderosa.

Entre Ciudad Juárez et Chihuahua, se trouve un site archéologique intéressant, à 7 km au sud-ouest de Nuevo Casas Grandes, sur une route secondaire qui part de l'autoroute 45. Les ruines de Casas Grandes rappellent les habitants des pueblos d'Arizona et du Nouveau Mexique et furent problablement inhabitées jusqu'au XVIè siècle.
La culture Paquimé connut son apogée entre 900 et 1300 après J.-C. Le site archéologique de Paquimé s'étend sur 36 ha, dont un cinquième environ a été dégagé à l'heure actuelle. Selon des estimations, le secteur comporterait les vestiges d'au moins 2 000 pièces. Celles-ci se répartissent en salles à manger, ateliers et magasins dotés de patios. Le matériau le plus largement employé est l'argile crue, mais on trouve également de la pierre, utilisée notamment pour tapisser des fosses, selon une technique très probablement importée du centre du Mexique. La maison des Fours est caractéristique de ce type de construction. Ce bâtiment, qui fait partie d'un grand ensemble composé de neuf pièces et de deux petites places, comporte une pièce et quatre fosses tapissées de pierres. Non loin se trouve un tertre de roches cuites. On pense que les fosses auraient servi à la cuisson d'agaves sur des pierres brûlantes, par la suite entassées au rebut à proximité.
vue du site archéologique de Paquimé (état de Chihuahua au Mexique)La maison du Serpent comportait initialement deux places, trois couloirs et vingt-quatre pièces sur un seul niveau, ainsi que quatre pièces disposées sur deux étages ; elle fût par la suite aggrandie. Elle était adaptée, semble-t-il dès l'origine, à l'élevage d'aras et de dindes. Une organisation analogue se retrouve dans la maison des Aras, ainsi nommée en raison des quelques 122 squelettes de perroquets retrouvés dans son sous-sol.
Non loin de la maison des Fours s'élève ce que l'on appelle le tertre de la Croix. Il s'agit en fait de cinq tertres peu élevés, habillés de pierre et remplis de terre. Le tertre central a la forme d'une croix irrégulière. Ses bras correspondent plus ou moins aux quatre points cardinaux, raison pour laquelle on pense qu'il jouait un rôle lors des célébrations des équinoxes et des solstices.



   Photo ci-dessus et à droite : vue du site archéologique de Paquimé
(état de Chihuahua au Mexique)
vue du site archéologique de Paquimé (état de Chihuahua au Mexique)
Le rôle du tertre dit des Offrandes reste plus obscur. Cette structure à plusieurs niveaux est constituée de gravats tassés, d'une enceinte en argile crue et d'une rampe menant à une citerne. La partie centrale abrite sept pièces qui renferment des pierres d'autel, des statues et des sépultures.
Le tertre de l'Oiseau est ainsi appelé en raison de sa silhouette évoquant un oiseau sans tête. Les sondages n'ont révélé aucune structure à l'intérieur.
L'agglomération de Paquimé bénéficiait d'un système sophistiqué de contrôle, de distribution et de conservation des réserves d'eau. Plusieurs réservoirs étaient reliés par des canaux qui amenaient l'eau à chaque groupe de pièces. À l'entrée de chaque réservoir, l'eau était décantée dans des bassins de sédimentation. La maison des Puits doit son nom à la grande citerne située dans l'une de ses cours et alimentée par le réseau de canaux communs.
Deux terrains de jeux de balle de forme allongée, tels qu'on en trouve beaucoup en Méso-Amérique, ont été mis au jour. L'un d'eux est pratiquement intact. Sur trois côtés, il présente des structures elles aussi caractéristiques des civilisations du centre du Mexique à la fin de la période classique et au début de la période postclassique.
Sur place, visiter le Musée des Cultures du Nord (entrée $49 avec le site archéologique) qui retrace la vie des anciennes populations de cette région, avec de belles céramiques, aux dessins géométriques noir et rouge sur fond crème, caractéristiques de Paquimé. Cette zone archéologique fait partie du patrimoine mondial de l'humanité depuis 1998.

Plan du site :

Extrait du site de l'Unesco :
"Paquimé, Casas Grandes, qui atteignit son apogée aux XIVe et XVe siècles, joua un rôle essentiel dans les relations commerciales et culturelles qu'entretenaient la culture « pueblo » du sud-ouest des États-Unis et du nord du Mexique et les civilisations plus avancées d'Amérique centrale. Les nombreux vestiges, qui n'ont été que partiellement dégagés, témoignent de la vigueur d'une culture parfaitement adaptée à son environnement physique et économique et qui devait pourtant disparaître brutalement au moment de la conquête espagnole. Cliquez ICI pour accès sur le site de l'Unesco.

vue de Chihuahua et de sa région au décollage L'état de Chihuahua, frontalier avec celui de Sonora à l'ouest, et les états du Nouveau Mexique et du Texas au nord, offre 375 km de plaine désertique couverte de cactus et de mesquite, jusqu'à ce que l'autoroute atteigne le bord des montagnes aux alentours de Chihuahua et des Gorges du Cuivre (Barranca del Cobre).

     Photo de droite : vue de Chihuahua et de sa région au décollage

Le Chihuahua serait une terre aride et calcinée, s'il ne possédait une portion occidentale et montagneuse qui suffit à en faire le plus gros fournisseur de bois du Mexique. Là, des mines, des ranchs, des sources minérales chaudes, et des lacs où abonde la perche noire.
Le Chihuahua-Pacific-Railway cherche son chemin à travers les Sierras pour rallier la Mer de Cortès, sur la côte pacifique. On est en plein pays indien. Les Tarahumaras vivent encore dans des cavernes (pour quelques-uns d'entre eux), vêtus de chemises de laine aux couleurs vives. S'ils appartiennent au Mexique, ils n'appartiennent pas encore à notre époque. Au Chihuahua fait suite, au sud, l'état de Durango, presque entièrement montagneux, riche de paysages en technicolor. Onze rivières, prenant leur source dans les hauteurs, dévalent vers la mer, c'est-à-dire vers le Pacifique, à l'exception de deux d'entre elles qui, dans la direction opposée, vont se jeter dans le Golfe du Mexique.

DB Error: connect failed