revemexicain.com
Image default
Mexique

Les Calaveras ou têtes de morts Mexicaines : d’où proviennent-elles ?

Vous n’avez pas dû passer de leur représentation parfois jugée morbide, mais souvent très appréciée des fashion victims. La tête de mort orne tous les accessoires de mode, devient un symbole gothique, s’orne de fleurs pour paraître plus girly et va même jusqu’à devenir l’un des motifs de tatouages les plus exécutés. Si vous vous faites désormais une idée très claire de son design et de l’effet qu’il peut faire, savez-vous d’où nous vient cette tradition de la tête de mort comme un camouflet à l’éternité ? Nous vous expliquons tout cela dans cet article.

Des origines Aztèques à la tradition chrétienne

Contrairement à l’idée que vous pourriez en avoir, les calaveras aussi appelées têtes de mort Mexicaines ne renvoient pas forcément à l’idée de mort. En effet, d’après les légendes indigènes séculaires, le crâne de mort aurait des origines Aztèques. D’après la mythologie de cette tribu amérindienne désormais disparue, l’âme des défunts poursuivait un long périple avant d’accéder au repos éternel. Les neuf étapes à franchir permettaient au mort de reposer au Mictlan. Pour permettre à l’âme de survivre durant cette odyssée, les vivants dressent un autel en leur honneur où nourriture, boissons, bougies et têtes de mort décorées sont dressés.

Dans cette société où les dieux revêtaient une importance capitale, les rites pour les honorer et les prier étaient récurrents. À l’arrivée des conquistadores venus d’Espagne avec leur désir d’évangélisation et d’éradication des cultes animistes, une corrélation entre le rituel qui visaient à honorer les morts et la Toussaint est fait menant ainsi à la fête des morts célébrée le 2 novembre.

Les têtes de morts Mexicaines : bien plus qu’un symbole

Au fil des ans, les calaveras sont devenues des moyens d’expression et de révolte contre les inégalités. Lors de la révolution mexicaine de 1854, de nombreux courants de pensées voient le jour dont l’une qui apparaît presque par hasard. Elle sera l’œuvre de José Guadalupé Posada, un dessinateur qui va caricaturer les élites mexicaines se prétendant de descendance européenne. En les montrant sous forme de squelettes vêtus de tenues affriolantes, mais à l’apparence d’indigènes, un message est véhiculé devenant tout un symbole aux yeux du peuple opprimé. La tête de mort devient ainsi une ode à la vie et la représentation d’une authenticité mexicaine qui se réapproprie ses traditions.

Avec la mode des calaveras qui sont devenus de véritables références culturelles, ont retrouve des satyres populaires appelés calaveras litterarias et qui sont des sortes d’épitaphes. Ces textes sont adressés aux vivants tout comme aux morts le lendemain de la Toussaint. Avec cette tradition liée aux têtes de mort, une démystification du voyage éternel se produit et le crâne de mort devient un accessoire de mode, mais aussi une gourmandise.

Les Calaveras dans le folklore Mexicain

Durant les jours qui précèdent la célébration de la fête des morts, toutes les villes du Mexique arborent le fameux crâne dans des représentations allant du squelette effrayant aux modèles bien plus drôles destinés aux enfants. Les friandises en sucre, en chocolat ou à base de noix se répandent et les offrandes se multiplient pour rendre hommage aux défunts. Les calaveras deviennent des bijoux, des pendentifs, des bracelets porte-bonheur et vous pouvez trouver un autre article qui parle de ce type de tête de mort ici.

Ainsi contrairement à l’image noire et au rapport conflictuel que nous entretenons avec la mort de notre point de vue d’occidentaux, au Mexique, la mort a des airs plus guillerets. En effet, elle symbolise le début d’une autre vie et les têtes de mort mexicaines aux couleurs vives ne sont qu’une illustration de ce que la mort n’a en fait pas de triste et d’austère.

Related posts

Les secrets du monde Maya

administrateur

Voyager au Mexique

administrateur

Cancun c’est un peu Las Vegas version mer des Caraïbes

administrateur